Archive for the Synthpop Category

Chateau Marmont

Posted in Electropop, Synthpop with tags , , , , on 18 juin 2013 by ludall

Château Marmont  n’est pas qu’un mythique hôtel pour célébrités à Los Angeles, c’est aussi un trio français qui depuis le premier maxi sorti chez feu Institubes aura su prendre le temps de développer leur univers singulier.

Cinq ans ce n’est finalement pas grand-chose pour réaliser un premier album fleuve de musique pop synthétique hybride à l’univers cinématographique marqué, aux mélodies soignées, ode aux instruments analogiques.

The Maze est un disque ambitieux, aventureux, complexe et dense, aux influences riches ou s’allient avec brio modernité et passéisme…un disque brillant.

 

Wind blows en est le deuxième extrait, tout en fraicheur, pour une synth-pop lumineuse et instantanée. 

Publicités

Midnight Juggernauts

Posted in Electropop, Synthpop with tags , , , , on 30 mai 2013 by ludall

Un fantastique premier album en 2007, une énorme déception en 2010, la rédemption en 2013 ? On peut le penser à l’écoute du nouveau maxi du meilleur groupe de synthpop australien.

Midnight Juggernauts – Ballad Of The War Machine

Midnight Juggernauts – Memorium

Toro Y Moi – Anything In Return

Posted in Electropop, Synthpop with tags , , , , , , on 7 février 2013 by ludall

Chaz Bundick a très vite été désigné comme un leader du mouvement chillwave…musique indie électronique aux accents psychés fabriquée par des autistes au fond du garage de la maison familiale.

Or il semble qu’avec Anything Return Toro y Moi ait décidé de délaisser le bricolage cher aux hipsters  pour nous offrir un album solaire ou il ne cesse d‘y développer son concept de « sincere pop ».

Les mélodies sont délicieusement sexy et aériennes, les beats acérés, les harmonies lumineuses et imparables, les lignes de basse groovy à souhait et le chant, habituellement noyé sous un flot d’effets se fait précis, doux et mélancolique voir même romantique.

Certe l’album n’est pas parfait mais il a une âme et une richesse sonore qui ne demande qu’à être apprivoisée. Si la deuxième partie souffre un peu de la comparaison avec la première, c’est également ce qui rend cet album pop si intéressant et attachant, nous offrant à coup sur une des plus belles réussites de ce début d’année.

Est ci c’était ca le R’n’B du 21ème siècle ? (En attendant Justin ?!)

 

 

Paradis

Posted in Electro, Electropop, Pop, Synthpop with tags , , , on 31 mai 2012 by ludall

Paradis est un duo français révélé l’année dernière par l’intermédiaire d’une magnifique réinterprétation de la ballade de Jim de Souchon, tout en douceur, en rondeur et en synthé.

Ils récidivent ici, toujours sur le label new yorkais de Tim Sweeney, le bien nommé Beats In Space avec une délicieuse ballade pop rétro-futuriste, emplie de mélancolie synthétique, sensuelle et rêveuse le tout chanté en français, de manière détachée sur des paroles pleines de noirceur

Entre Lescop et Paradis on tient peut être le renouveau d’une pop française électronique de qualité…

Si en plus le clip est superbe : Hémisphère

La sublime reprise de Souchon

Chansons du lundi

Posted in Deep House, Nu Disco, Synthpop with tags , , , , , , on 12 décembre 2011 by ludall

Les deux membres d’Holly Ghost ! auraient certainement souhaité vivre dans les années 80 et produire les plus grands titres d’italo disco tendance bande FM de l’époque, mais c’est pourtant bien la fin des années 2000 qui les a fait connaitre avec leur son si rétro.

En même temps ca tombe plutôt bien vu que le disco a fait un retour fracassant, dévastant tout sur son passage a grand coup de cowbell.

Leur premier album sorti chez DFA avant l’été, était donc une ode à la pop synthétique, écoutée par tout bon trentenaire qui se respecte a l’arrière de la R25 baccara ou de la 309 GTI sur la route des vacances, qu’on connait tous mais qu’on réécoute honteusement  aujourd’hui.

C’est kitch et assumé, nu-disco un peu pute mais tellement efficace…pourquoi s’en priver ? Ils nous offrent un nouveau morceau, « cover » du groupe synth-pop Ministry et nous livrent un très bon morceau entre disco et new wave mais qui ne serait rien sans la voix de Nancy Wang accompagné d’un clip délicieusement 80’s.

 

Koudlam reste une énigme…une discographie obscure, un dernier album Goodbye sorti chez Pan European Recording pour une musique très personnelle, ou se fracasse des influences souvent vintages , de la new wave sombre, des boites a rythmes martiales, de la world music, le tout accompagné d’un chant pouvant s’avérer rebutant pour son coté désincarné, déshumanisé…en clair il s’agit la d’une musique difficilement accessible à la première écoute mais qui se révèle attachante, intimiste et tellement en dehors des canons musicaux actuels.

Koudlam a sorti plutôt anonymement un maxi en juin, contenant le titre suivant, longue montée vers un trip acide sous les coups assénés par sa voix de chaman robotique. Un clip réalisé à base d’extrait du documentaire italien Mondo Cane dont le but était de «présenter les différentes pratiques culturelles à travers le monde dans le but de choquer ou de surprendre l’audience principalement occidentale » au début des 60’s.

Et puis rien que pour le titre : Koudlam – Alcoholic’s Hymn

 

On finit sur une touche deep avec Lee M Kelsall – On The Road (Matt Fear Remix) extrait de l’impécable compilation Hot Waves Vol. 2 comme un « maxi best-of » à emporter du label de Jamie jones et Lee Foss, Hot Waves avec ici un titre de deep house légerement discoisé mais surtout terriblement hypnotique et addictif